image

image

Traduire

28 novembre 2015

Migration contrariée


L'aquarelle est inspirée d'une photo de Christian Seguié, menuisier-ébéniste à Montner (autourde.over-blog.com), avec son aimable autorisation.

J'aime ces atmosphères de brume, les matins d'automne quand la nature pudique se laisse deviner.

Techniquement, l'exercice ne pose pas de problème particulier sauf peut-être pour la barre sombre du ciel qui exige une bonne coordination gestuelle et en amont, une préparation correcte des ingrédients et instruments. Il faut éviter qu'une fois posés, les pigments migrent partout mais se cantonnent aux endroits choisis. Cela s'obtient en les faisant précipiter par élimination rapide de l'eau dans laquelle ils baignent.
Comment ? Avec un sèche-cheveux tenu à bonne distance.

Aquarelle hors-cadre environ 40 cm x 25 cm. Papier Canson Vidalon 300 g, grain prononcé.

21 commentaires:

  1. Magnifique ! Quelle douceur et légèreté .
    Ces instants du petit matin sont divins , j'aime aussi .
    Bon week end Marcel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un des plus beaux moment de la journée.

      Supprimer
  2. avant d e te lire je ne voyais pas le rapport entre le titre et l'aquarelle....une belle douceur un peu mystérieuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour attirer l'attention, c'est vieux comme mes robes... Tes valises sont presque prêtes. Ramène-nous de belles photos.

      Supprimer
  3. J'aime cette ambiance et la beauté de son ciel.
    "brushing réussi" !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même papier, mêmes ingrédients, même à peu près tout....> résultats différents et pas toujours satisfaisants.... Ça s'appelle "magie de l'aquarelle". Bref, il y a les jours avec et les autres.

      Supprimer
  4. la bruine me plaît aussi car la fine pluie sent bon aussi et me rafraîchit tout mon esprit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de la bruine brumisateuse de l'esprit.

      Supprimer
  5. la bruine me plaît aussi car la fine pluie sent bon aussi et me rafraîchit tout mon esprit

    RépondreSupprimer
  6. Ah les sèche cheveux, on les retrouve dans beaucoup de disciplines, comme en terre-céramique ou en peinture sur porcelaine! Joli exercice que tu nous montres.
    Je ne trouve pas dans mon administration (je suis sur blogspot, comme toi) où est la liste des abonnés à la newsletter, peux tu m'aiguiller, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sèche-cheveux est un outil universel, même les chauves peuvent s'en servir !!
      Je crois qu'il faut aller dans "mise en page" et puis "ajouter un gadget". Je ne me rappelle plus comment j'ai fait ; à force de chahuter la machine, elle a fini par me le mettre.

      Supprimer
  7. Heureux de voir le résultat, c'est très beau !
    C'est le jour car aujourd'hui j'ai réçu le dessin pour l'affiche et je l'ai mis en ligne dans une autre version

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que tes photos sont particulièrement belles.

      Supprimer
    2. Bon tu m'as impressionné car en regardant le dessin tu as trouvé qui est cette dame , bravo c'est exact !

      Supprimer
    3. Il n'y a pas de quoi car je connais un peu Van Gogh et j'aime beaucoup ce tableau de ses débuts qui à mon avis est trop souvent délaissé par les critiques au profit des sempiternels tournesols, iris, chambre d'Arles et quelques autres.

      Supprimer
    4. J'ai fait un article dessus, avec ton lien

      Supprimer
    5. J'admire la technique de l'aquarelle. J'y patauge comme dans une marre et l'eau m'échappe. Pas de possibilité de se reprendre et de rectifier. Donc il faut être bon du premier coup.
      Avec l'huile, je suis dans une démarche où mes toiles mettent de plus en plus de temps à mûrir. Elles évoluent doucement, prenant de la profondeur et de la densité au fur et à mesure des couches. J'ai besoin de suivre pas à pas la maturation de l’œuvre.
      La première œuvre qui m'a vraiment touchée était une minuscule aquarelle réalisée par mon arrière-grand-père. J'avais 16 ans. Je ne savais pas qu'il peignait. J'ai été fascinée par ces quelques traits de crayons, rehaussés de verts et de bruns qui faisaient un tableau lisible et attrayant.
      Il y a beaucoup de profondeur et de douceur dans ton aquarelle.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. Si tu patauges et que l'eau t'échappe, c'est peut-être parce que tu abordes l'aquarelle comme la peinture à l'huile. Contrairement à cette dernière, elle est sauvage et ne supporte pas la flânerie, tout doit être pensé avant de commencer y compris la chronologie. Avec un peu de technique et la connaissance de quelques règles élémentaires, on peut se lancer. Bonne année.

      Supprimer

Merci de votre visite.